NOS METHODES PEDAGOGIQUES

method experience learning.jpg

Notre pédagogie s'appuie sur la méthode EPL - Experience Problem Learning dont les 3 piliers reposent sur :

- la confiance de l'apprenant en lui-même

- la reconnaissance de l'intervenant

- l'adhésion aux méthodes pédagogiques

 

triangle epl.png

1 - Redonner à l’apprenant confiance en lui-même

- Le droit à l’erreur.

L’école est le lieu où l’erreur n’a pas de coûts, ni d’incidences négatives. Elle est la pierre angulaire de toute expérience. L’erreur est positive : "je ne perds jamais, soit je gagne, soit j'apprends" (Nelson Mandela).

Changement de paradigme pédagogique :

 

ni sous-estimée, ni surestimée,  l’erreur doit être reconnue afin d’être dépassée dans l'apprentissage en classe. L’intervenant doit penser les scénarios didactiques qui permettent cette "reconnaissance de l'erreur" pour l'analyser, la saisir, l'objectiver et la dépasser.

- Le droit à la reconnaissance de ce que je suis et non de ce que je devrais être.

L’école n’est pas un lieu de formatage de la pensée : l’apprenant doit être compris, sans être évalué ou jugé à partir d’un point de vue unique et normé.

Changement de paradigme pédagogique :

 

l’intervenant n’est plus dans une posture d’évaluateur qui sanctionne, mais dans une posture d’accompagnateur qui encourage.

- La nécessaire confiance de mon intervenant.

L’école est un lieu où l’apprenant doit être pris en considération pour ses sentiments et ses opinions, pour sa personne et pour ses réalisations. Il doit se sentir mûr et capable de faire des choses par lui-même.

Changement de paradigme pédagogique :

 

l’intervenant entretient une relation d’égal à égal avec l’apprenant : il n’impose pas des savoirs et des méthodes mais respecte l’apprenant, confiant dans les capacités de ce dernier à faire éclore et développer ses potentialités.

(Rappel : "educare / educere" = prendre l’enfant par la main et le conduire hors de lui-même pour l'inciter à devenir son propre créateur, à devenir un sujet qui choisit son devenir, et non un objet qui subit sa fabrication)

2 - Reconnaissance de l'intervenant

 - L’intervenant est un professionnel dans son domaine de compétences.

La finalité de l’école est de développer des compétences professionnelles. Qui mieux qu’un professionnel peut faire partager son expérience ? L’intervenant doit être reconnu en tant que tel par les apprenants. Il tire sa légitimité de son expérience professionnelle et de sa capacité à transmettre.

 

De cette reconnaissance, l’intervenant obtiendra la confiance des apprenants et le ralliement à ses méthodes pédagogiques. "L’éducation est l’art de la rencontre" (). La dynamique de groupe nait de l’interaction entre deux parties qui se font confiance.

Changement de paradigme pédagogique :

 

l’intervenant ne doit pas se cacher derrière le masque de l’impassible "maître" infaillible. Il doit être authentiquement lui-même. Il a le droit et la possibilité d’être enthousiaste ou ennuyé, d’être intéressé par ses élèves ou d’être fâché, de manifester sa sympathie ou encore son désaccord, de dire quand ses besoins sont non respectés ou ses propres limites dépassées.

 

Dans ce dernier cas, il doit accepter, lorsque cela se produit, qu’il ne maitrise peut être pas tous les concepts et méthodes, mais il doit avoir l’humilité de le reconnaitre et apporter une réponse lors de son intervention suivante.

 

- L’intervenant est le pilote de son intervention.

Il doit faire preuve d’empathie, accompagner l’apprenant et accepter l’erreur mais il est le garant du cap à prendre afin de permettre à l’apprenant d’acquérir les compétences attendues.

Changement de paradigme pédagogique :

 

l’intervenant n’est pas un perroquet qui duplique son intervention quel que soit son public et les aléas. Il doit être en mesure d’adapter son intervention aux circonstances rencontrées, faire preuve de pro-activité et de créativité dans la préparation de son face à face pédagogique.

 

La Direction soutiendra toujours ses décisions face aux groupes d’apprenants confiés. Elle attend de lui en contrepartie le respect de son obligation de réserve. Toutes les questions pourront ensuite être abordées en interne.

 

- L’intervenant est un collaborateur de la structure.

L’intervenant est missionné pour animer une intervention dans un cadre défini.

 

A ce titre, il est tout à la fois un professionnel, un animateur de modules de formation, un membre de la structure.

Changement de paradigme :

 

Il doit mettre à profit cette triple casquette pour être force de propositions tant dans le contenu pédagogique que dans les modalités d’intervention et l’organisation de la structure. L’intervenant est considéré comme un acteur du développement de la structure et non un utilisateur.

3 - Adhésion aux méthodes pédagogiques

- Apprendre à apprendre

L’évolution de notre société et la vision systémique de notre environnement modifie les méthodes pédagogiques.

L’enseignement doit dorénavant non plus conduire l’apprenant à mémoriser un savoir rapidement caduc mais à maitriser une capacité : capacité à changer ses pratiques et à s’adapter en cherchant la bonne information et en se l’appropriant. "La capacité de changer, la confiance dans une capacité plutôt que dans un savoir statique, tels sont dans le monde moderne les seuls objectifs que l’enseignement puisse s’assigner et qui ait un sens" ( - Liberté pour apprendre).

Changement de paradigme pédagogique :

l’apprenant doit casser le schéma traditionnel dans lequel il a évolué jusqu’alors en devenant acteur (implication) de sa formation et non plus spectateur (passivité). L’intervenant quant à lui doit évoluer d’une posture de nourrice à celle de veilleur et d’éveilleur.

 

- Développer l’autonomie

Le schéma traditionnel de l’enseignement consiste à montrer comment faire et inciter à la reproduction de ce savoir-faire. Le schéma "Expériences Problem Learning" conduit à mettre l’apprenant dans l’expérimentation et à l’accompagner dans la recherche des clefs pour surmonter les problèmes.

Changement de paradigme pédagogique :

 

l’intervenant doit accepter de modifier sa progression pédagogique en fonction des besoins exprimés. Sa préparation de cours doit consister en la création d’une boite à outils dans laquelle il viendra piocher en fonction des aléas et non en un fil d’Ariane qu’il déroulera de manière linéaire.

 

- Accéder à une compréhension globale

"Je tiens pour impossible de connaître le tout si je ne connais les parties ni de connaître les parties si je ne connais le tout" (Pascal).

 

Comme le développe Edgar Morin (Enseigner à vivre - Manifeste pour changer l’éducation - 2014), les méthodes d’enseignement ont progressivement conduit à un mode de pensée ou de connaissance parcellaire, compartimenté, mono disciplinaire, qui génère une intelligence aveugle, dans la mesure même ou connaître consiste dans une boucle ininterrompue, à séparer pour analyser et à relier pour synthétiser ou complexifier.

Changement de paradigme pédagogique :

 

l’intervenant doit être en mesure d’intégrer son domaine d’intervention dans celui plus vaste de la formation globale afin de créer des liens entre les modules et au final donner du sens à son intervention au regard des autres domaines de compétences que l’apprenant va aborder (approche processus et non plus empilement).